Je suis Charlie et je m'appelle "Action Femmes 31"

Toute l’équipe d’AF31 est partie prenante dans l’encouragement à la liberté d’expression ainsi qu’aux valeurs qui fondent notre association et plus largement notre société. Ce sont elles qui nous rassemblent, nous unissent et nous rendent individuellement plus forts face aux aléas de la vie.

Le temps a passé et je suis encore sous le choc de cet évènement monstrueux du 7 janvier dernier qui non seulement a endeuillé de la manière la plus inacceptable qui soit des familles, mais encore et de manière tout aussi violente, des valeurs universelles qui sont sensées différencier les humains de la bestialité la plus abjecte.

Si le propre de l’Homme est notamment sa capacité à penser, réfléchir, créer, aimer et qu’il est donc capable du meilleur, qu’en est-il de son côté obscur, violent, pervers, destructeur et donc capable du pire ? Qu’est ce qui peut le conduire à anéantir tout ce qu’il dénie : les principes fondateurs d’une société laïque, donc respectueuse de toutes les ethnies, de toutes les religions, ou encore une société démocratique, chaque personne est libre de penser, d’agir et de s’exprimer, dans le respect de la liberté d’autrui ? Et quelle réponse à une telle question ?

Un soulèvement national au nom de la liberté ? La France enfin debout pour exprimer sa singularité, ses convictions ? Et pourquoi une telle émotion chez moi et en quoi a-t-elle un sens dans les accompagnements que je réalise chez AF31 ?

Lorsque, dans ce contexte, j’essaie de situer mon engagement de consultante bénévole chez Action Femmes 31 et de comprendre ce qui m’a, à ce point, bouleversée et en quoi les causes que je soutiens sont si importantes à mes yeux : une partie de mon histoire s’est rappelée à moi à grand renfort d’émotion et mon envie de témoigner, de partager la réflexion qui s’en suit est tout aussi forte. Voici ce qu’il en est :

1er acte de l’exercice de ma liberté !

Mon 1e acte de rébellion, ou plutôt de libération, fut de ne pas intégrer l’Ecole Nationale d’Instituteurs, que bien sûr mon père avait choisie pour moi. Je passai donc le concours d’entrée dans une Ecole de Commerce parisienne. Me voici, loin de ma famille, dans l’école de mon choix et prête à me lancer dans « ma vraie vie », celle que je me suis choisie. 

Pas si simple ! Car les principes éducationnels ont la vie dure et la dépendance à mon géniteur aussi. Finalement était-ce un vrai choix que d’intégrer cette école, ou n’était-ce pas plutôt l’exercice de mon libre arbitre ?
La réponse est venue quelques 20 années plus tard lorsqu’après avoir exercé des responsabilités de management, je décidai de changer de vie et de voie, bien que je ne regrette en rien cet épisode de ma vie.

2ème acte : la prise de conscience que « la réaction à » n’est pas un choix assumé. C’est la « motivation à agir » pour assumer ses choix qui nous porte sur la voie du succès et à la réalisation de soi-même.

Cette 2ème étape de ma vie professionnelle est sans doute celle qui m’a permis de me rapprocher le plus de qui je suis : celle par laquelle, en tant que consultante, j’aide la personne que j’accompagne à exister par elle-même, selon ses propres choix.

3ème acte : le choix de soutenir chez AF31 ses valeurs essentielles

La valeur du concept de liberté est pour AF31 ce qu’il y a de plus déterminant dans le cheminement d’une vie. S’accorder d’être libre de ses choix, s’autoriser à les exprimer et les assumer, dès l’instant ou la conviction est profonde et la motivation forte, assurément le succès est au rendez-vous. Chez AF31 le travail sur la confiance en soi est déterminant – C’est celui que nous abordons avant toute autre démarche.

C’est aussi le respect de la personne : respecter les autres c’est se respecter soi-même, c’est pour nous une règle d’or : toutes les femmes qui adhèrent à notre association sont accueillies dans l’esprit que chacune a son individualité, sa personnalité et ses talents. Ce sont ses caractéristiques assumées qui font d’elle une personne unique, estimable et qui a sa place aussi dans le monde du travail. Nous en sommes convaincues chez AF31 et les résultats sont là.

C’est encore celui de la tolérance : l’acceptation de l’autre différent de soi, ce qui ne signifie pas opposé ou contre soi, mais plutôt complémentaire à soi. Il ne sert à rien de vouloir imposer à autrui sa propre pensée. Ce manque d’humilité pourrait refléter une peur viscérale : celle d’être rejeté ou mal aimé. Et si au contraire le fait de se nourrir des apports de l’autre, de ses différences, contribuait à nous enrichir ?  

Chez AF31 nous n’en doutons pas, et en ce sens, la pratique de nos réunions de groupe se révèle toujours fructueuse, l’union ne fait-elle pas la force ?

Action Femmes 31 est Charlie, je suis Action Femmes 31 et je m'appelle Michèle

 michele tisseyreMichèle Tisseyre

News Janvier 2015

but archives