ACTUALITÉS

Ça bouge !

les talents action femmes grand sud

Céline Fabre, bénévole chez Action Femmes 31 : « je me régale dans l’échange »

Céline Fabre anime l’atelier « Le recrutement vu par un recruteur ». Elle nous explique en quoi il consiste et ce qui fait la richesse de son engagement dans l’association.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Responsable Ressources Humaines au SMDEA à Foix. Passionnée des ressources humaines, je me lève tous les jours avec l’envie d’avoir de nouveaux échanges, de rencontrer des personnes totalement différentes et d’être obligée à chaque fois d’avoir à reconsidérer ma manière d’agir, de m’impliquer. Je sais que je vais faire de belles rencontres toute la journée.

Qu’est-ce qui vous a motivé à intégrer Action Femmes 31 ?

J’ai eu envie de faire part de mon expérience de RH à ces femmes qui croient être en situation d’échec, alors qu’elles ne le sont pas et de partager ma conviction qu’elles ont toutes les chances de retrouver un emploi.
Je suis persuadée qu’elles peuvent y arriver, une fois qu’elles en seront convaincues. Je sais qu’à tout âge on peut faire carrière, que tout est possible et j’ai eu envie de m’impliquer et de partager. Quand je croise des personnes dans la vie professionnelle ou personnelle, ce qui leur manque c’est la confiance en elles.
L’association est animée par des bénévoles différents avec une multitude de facettes et de personnalités et chaque candidate va forcément trouver celui ou celle qui lui convient pour avoir le déclic et retrouver confiance.

Pouvez-vous nous parler de l’atelier que vous animez ?

Dans cet atelier, je décris l’entretien de recrutement du point de vue du recruteur. C’est un atelier où l’on échange beaucoup et je donne toujours des exemples qu’elles trouvent parfois surprenants.
Les candidates échangent avec quelqu’un qui est en poste et elles ont confiance, alors je vois la petite étincelle qui s’allume dans leurs yeux quand je parle de mon ressenti de recruteur, de mon expérience. Elles se rendent compte de tout ce qu’elles se sont interdit de dire tant la pression est importante lors de l’entretien. Toutes les candidates sont persuadées que nous leur apportons beaucoup mais elles aussi nous apportent énormément et je ne suis pas sûre qu’elles s’en rendent compte : je me régale dans l’échange, je me régale de la richesse humaine.

Si vous aviez un conseil à donner à nos candidates…

Ce serait d’être spontanées, d’être elles-mêmes. Le recruteur pardonne les erreurs, il est préférable de répondre à une question en disant « je ne sais pas » que de broder, (ce qui est souvent le cas quand on demande à la personne de parler de l’entreprise dans laquelle elle postule). Je pense qu’un entretien de recrutement est un exercice périlleux et chacun se met en danger. C’est un temps d’échange d’égal à égal, chacun a les cartes en mains. En général les personnes arrivent à l’entretien et sont persuadées qu’elles ne seront pas recrutées. Si au contraire la personne arrive à l’entretien détendue, en étant déjà dans le poste, en s’y voyant déjà, alors le poste est pour elle.

Propos recueillis par Isabelle de Crouzet